Presse

Une superbe critique des Synmphonies Parisiennes dans Crescendo Magazine

"Ces joyaux du Classicisme exigent de la discipline, et révèlent à nu la virtuosité (et les carences) d’un orchestre. […] Couronnant une collaboration de cinq années, Douglas Boyd et l’Orchestre de chambre de Paris n’ont rien à cacher au contraire : leur interprétation nervurée rayonne de finesse, de transparence, de franchise."

Christophe Steyne - Crescendo

Pizzicato convaincu par Saxophonie du Quatuor Ellipsos !

"Quatuor Ellipsos, founded in Nantes, convincingly and with conviction takes care of little-known and neglected works. Thus, finding the works for this CD was both a discovery and an opportunity for the ensemble which magnificently shapes the miniatures, which are barely a minute to a few minutes long. The coffee house ambience suggested by the pictures of the product already offers the right impression for this so refreshing as well as artful music and the kind of interpretation."

 

Remy Franck - Pizzicato

Le Point enthousiasmé par Saxophonie du Quatuor Ellipsos !

"Cette création mondiale révèle une musique chaleureuse et optimiste, à la fois entraînante et exigeante. Un CD qui accompagnera les heures d'enfermement comme les promesses d'un retour à une vie plus nomade."

Jérôme Béglé - Le Point

Une belle critique de Saxophonie du Quatuor Ellipsos sur Music Web International

"Quatuor Ellipsos brings this repertoire to life with lyricism and incisive technique. It has been finely recorded and the notes are to the point. If you’ve encountered her music on anthology albums and have wondered what else is out there, this is a prime candidate for your listening."

 

Jonathan Woolf - Music Web International

Classique mais pas has been retrace l'histoire du projet Saxophonie

"La musique typiquement française de Fernande Decruck nous ouvre les portes d’un monde sonore dans lequel on retrouve des inspirations de Ravel, Debussy ou Fauré. Cette intégrale, qui réunit six quatuor de saxophone, s’apparente à un legs fait aux musiciens et amateurs d’instruments à vent. Le plus long d’entre eux, Saxophonecas, composé de huit études de style et de technique, décortique l’articulation, l’amplitude, les tessitures et le rôle de chaque instrument. Une véritable boîte à outils, qui montre la pleine maitrise de la compositrice pour le saxophone."

 

Lysiane Larbani - Classique mais pas has been

Haïti mon amour récompensé de 4F par Télérama !

« D'une poignante mélancolie, les Chants de la montagne de Justin Elie cotoient trois de ses Meringues populaires haïtiennes, genre également visité par Edmond Saintonge [...]. Sur son Yamaha, Célimène Daudet interprète ces perles avec une émotion évidente, qui n'empêche pas la précision et n'induit pas la mièvrerie. »

Sophie Bourdais - Télérama

Première loge fait une critique très élogieuse de The Angels

"Comme dans les albums précédents de l’ensemble, on est impressionné par le raffinement mais aussi la rigueur et la précision des choristes. Le plus étonnant réside sans doute dans le fait que les chanteurs réunis conservent leurs qualités propres et leur individualité (pas seulement lorsqu’ils sont amenés à intervenir seuls, comme dans The Annunciation), sans pour autant que l’homogénéité de l’ensemble soit remise en cause. Intelligibilité du texte, clarté de l’émission, luminosité des voix, souci du détail, attention aux sens des mots chantés [...], subtil équilibre entre densité et légèreté, dépouillement et intensité sont autant de qualités préservant fort heureusement la spiritualité qui émanait du concert donné par Les Métaboles le 7 septembre 2019 à l’Abbaye de Royaumont"

 

Stéphane Lelièvre - Première loge

Une belle critique pour Haïti mon amour dans Classique mais pas has been

"Dès la première écoute du disque, vous croyez reconnaître ces pièces, qu’elles viennent se loger au creux de votre oreille, et qu’une fois le disque terminé, vous le relancez aussitôt. Une jolie découverte."

 

Claire de Castellane - Classique mais pas has been

L'Alsace enthousiasmé par Haïti mon amour !

"Le romantisme européen épouse également les merengues de Justin Elie et d’Edmond Saintonge, avec quelques touches subtiles d’exotisme. Tout en délicatesse, le piano de Célimène Daudet met en valeur la richesse mélodique de ces œuvres « inédites » que l’on doit, pour certaines, à d’anciens élèves du Conservatoire de Paris. D’où cet album qui, s’il se conclut sur une merveilleuse pièce de Chopin, nous renvoie à un univers classique du début du siècle dernier qui n’en est pas moins totalement neuf à nos oreilles. Douce révélation."

Thierry Boillot - L'Alsace

Un Diamant pour les "Canticles" de Britten sur Opéra Magazine !

« [Cyrille Dubois] possède indéniablement le sens du style et du discours propre au compositeur [Benjamin Britten]. Pourtant, ce sont peut-être les pièces où il est rejoint par ses partenaires, baryton [Marc Mauillon] et contre-ténor [Paul-Antoine Bénos-Djian], qui réservent les plus grandes émotions, signe d’un vrai, et magnifique, travail d’ensemble. Dans Journey of the Magi, les trois voix atteignent ainsi une qualité merveilleuse de fusion des timbres. […] Ce disque séduit par la qualité des atmosphères, la spiritualité et le recueillement qui s’en dégagent. Une belle réalisation collective, décidément, grâce également aux excellents instrumentistes, en particulier le piano riche, profond et éloquent d’Anne Le Bozec. »

Thierry Guyenne - Opéra Magazine

Une critique italienne fait l'éloge de l'album Schubert du Trio Talweg sur Grey Panthers

"Lo Schubert del Talweg è uno dei più puri, limpidi, sublimi che io abbia mai ascoltato. Riascoltandolo, tuttavia, ci si rende conto che è forse il fatto di aver attraversato tanti generi diversi, ed ancor più il gusto dell’improvvisazione, che permettono questo geniale approccio a Schubert, più nell’universalità di una fusione sentimentale che nella coscienziosa e sapiente lettura dello spartito. Bellissima registrazione."

 

Ferruccio Nuzzo

La Croix enthousiasmé par "The Angels" des Métaboles et Léo Warynski

« Temps suspendu, éternité… Enivrante dilution des repères grâce aux voix parfaites des chanteurs, à la sobriété frémissante de leurs phrasés, à la pureté pourtant incarnée de leurs timbres. […] Pour servir une œuvre virtuose et subtile, […] les interprètes ont intériorisé le texte avant même d’y déposer les notes. Un travail d’orfèvre que Léo Warynski sait pouvoir demander à tous et à chacun.»

Emmanuelle Giuliani - La Croix

Retrouvez la critique dans son intégralité en cliquant ci-dessous.

Pages

Partager cette page