Presse

L'Ensemble Ouranos récompensé de 4 étoiles Classica !

L'Ensemble Ouranos, fondé en 2014 et distingué par plusieurs prix internationaux s'impose comme une formation brillante, d'une grande netteté de jeu, d'une belle imagination sonore et d'une riche musicalité, en association avec Guillaume Vincent, partenaire solide et de très haut niveau. 

L'article est disponible dans son intégralité dans le Classica de ce mois-ci !

Res Musica fait l'éloge de No(s) Dames !

Le contre-ténor danseur révélé en 2018 par ADN Baroque n’était pas né en 1979 lorsque fit alors grand bruit dans le Landerneau lyrique un essai qui, avec autant d’humour que d’à-propos, auscultait le destin tragique des héroïnes d’opéra. Des opéras composés et dirigés depuis quatre siècles par des hommes.

Pour lire l'article dasn son intégralité :

Causette conquis par No(s) Dames !

Théophile Alexandre s’empare des clichés et des codes, joue avec les bustiers corsetés, robes entravées, talons vertigineux, attributs des divas qui magnifient autant qu’ils blessent. Le spectacle va parcourir la France en tournée, le disque (et bientôt un deuxième) sera en vente le 21 janvier et, à suivre, un livre pour l’automne. Longue vie à No(s) Dames et à Carmen qui « jamais ne cédera. Libre elle est née et libre elle mourra ».

Pour lire l'article dans son intégralité :

Kulturfreak s'enthousiasme pour No(s) Dames !

De Cavalli à Piazzolla, dix-sept compositeurs s'entrelacent pour former un cycle d'opéras où chaque air répond à l'autre et dresse le portrait d'un idéal masculin : L'image de la dame rêvée, imaginée par les hommes et imposée aux femmes à travers les siècles et les continents.

Pour lire l'article dans son intégralité :

 

FIP tombe sous le charme de No(s) Dames !

Avec l'album et le spectacle No(s) Dames Théophile Alexandre et le quatuor Zaïde vont au-delà des fatalités du genre. Les femmes tiennent ainsi la barre du navire et l’homme vit les destins tragiques réservés habituellement aux héroïnes dans un hommage détonant.

Pour lire l'article dans son intégralité : 

"Jérémie Rhorer : Brahms à hauteur d'homme" pour La Provence

"Jérémie Rhorer se hissant lui aussi au niveau de ses brillants, voilà  un disque fort, puissant et aérien. Estampillé Cercle de l'Harmonie-Rhorer en fait."

L'âme des poètes encensé par Nos Enchanteurs !

« L’album, qui finit sur un instrumental de Schubert, est d’une rare élégance, un vrai bijou de délicatesse. Il prouve s’il le fallait que la poésie naît autant de la chanson et de la musique que de la plume des poètes patentés… ».

 
Article à découvrir ci-dessous :

La matinale de France Musique avec Jérémie Rhorer !

Ce matin Jérémie Rhorer était au micro de Jean-Baptiste Urbain sur France Musique ! L’occasion de revenir sur son dernier album enregistré avec Le Cercle de l'Harmonie et la talentueuse violoniste Stéphanie-Marie Degand !

Pour écouter l'émission dans son intégralité : 

France Musique conquit par L'âme des poètes !

" Pas question pour ces quatre inclassable de choisir entre jazz, classique et chanson française. Le seul choix qu’ils feront sera celui d’un thème : l’art de la mélodie. […] On voit ainsi se croiser Bill Frisel, Charles Trenet ou Prokofiev dont la 9ème sonate pour piano revisitée par le trio éblouie par sa lumineuse mélancolie, preuve s’il en fallait que les plus belles mélodies traversent les âges sans subir les affres du temps."

A (ré)écouter : 

Belle chronique de l'album "Strauss, Françaix, Poulenc" de l'Ensemble Ouranos

Pour découvrir la critique, cliquez sur le bouton ci-dessous.

L'album "Bach | Reich" de Marion Ralincourt dans la sélection de Noël de Grey Panthers !

"Un hommage sans précédent, et un défi stimulant à la flûte traversière"

Pour lire la critique dans son intégralité (et en italien), cliquez ci-dessous.

Opus HD conquis par le double album Brahms du Cercle de l'Harmonie & S-M. Degand !

"Ce double album CD est, à la fois, une curiosité et un ravissement [...] un ravissement, véritable, inattendu, avec le Concerto pour violon et orchestre en ré majeur Op.77 sous les doigts inspirés de la violoniste Stéphanie-Marie Degand. Jusqu’au bout des notes ses phrasés font merveille, et l’osmose est parfaite entre orchestre et soliste. A la fois directeur artistique et chef d’orchestre, Jérémie Rohrer dirige avec passion et rigueur [...] deux partitions brahmsiennes à l’interprétation renouvelée, vers laquelle nous reviendrons souvent".

Pour lire la critique dans son intégralité, cliquez ci-dessous.

Pages